Jérôme Cahuzac :  le menteur !

Jérôme Cahuzac : le menteur !

Alors qu’il a démissionné du gouvernement mardi dernier sous la pression médiatique, Jérôme Cahuzac a été entendu mardi après-midi pendant 1h30 par les juges du pôle financier du Tribunal de Grande Instance de Paris.

C’est ensuite sur son blog que l’ancien ministre délégué au Budget est passé aux aveux, reconnaissant détenir un compte à l’étranger « depuis une vingtaine d’années », sur lequel « environ 600.000 € » sont déposés, et s’excusant d’avoir été « pris dans une spirale du mensonge ».

Son avocat a indiqué peu après que l’ex-ministre du Budget était mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale, précisant que « ce compte n’a pas été abondé depuis 2001 et l’essentiel de ses revenus provenait de son activité de chirurgien et accessoirement de son activité de consultant ».

Tout l’après-midi, les médias ont spéculé sur ses déclarations alors que BFM TV annonçait son audition. L’ancien ministre s’était rendu au tribunal pour rencontrer les juges chargés de l’enquête, Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke. Plus tôt dans la journée, le Canard enchaîné assurait déjà que Jérôme Cahuzac avait pris rendez-vous avec ces derniers pour « passer aux aveux » concernant «ses comptes en Suisse et à Singapour». En effet, en plus de son supposé compte chez UBS en Suisse, fermé à la fin des années 2000, Cahuzac s’était également préparé à admettre qu’il était toujours titulaire dans une banque à Singapour d’un compte affichant un solde de plus de 500 000 euros ouvert dans une succursale de l’établissement suisse Reyl et Cie. Il aurait ainsi transféré son compte au sein du groupe bancaire Reyl et Cie de Suisse vers Singapour en 2010 alors qu’il venait d’être nommé à la présidence de la commission des Finances de l’Assemblée.

En début d’après-midi, l’hebdomadaire satirique avait alors dérogé à ses habitudes en postant un tweet sur le réseau social – le soixante-douzième depuis la création du compte. Selon le Canard, l’avocat de Cahuzac aurait rencontré le juge Renaud Van Ruymbeke le 27 mars pour lui faire part de l’intention de changement de version de son client.

Le 19 mars, il n’avait fallu que trois heures entre l’annonce par le parquet de Paris de l’ouverture d’une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale visant le ministre et l’annonce par l’Elysée de son départ. Sans même attendre une éventuelle mise en examen du ministre. Lors de cette annonce, pour « blanchiment de fraude fiscale », le parquet avait par ailleurs indiqué que l’un des témoins entendus par les enquêteurs avait affirmé qu' »il lui avait été rapporté que les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques ».

Lors de sa démission, l’ancien ministre avait réaffirmé son innocence dans cette affaire. « Cela ne change rien ni à mon innocence ni au caractère calomniateur des accusations lancées contre moi et c’est à le démontrer que je vais désormais consacrer toute mon énergie », avait-il affirmé à l’époque.

Source

Publié par Jérôme

Je suis passionné par toutes les nouvelles technologies et par pas mal d'autres choses, mais en général il faut que ça bouge! Tout ce qui est extrême me fascine (Autos, Motos, Sports, etc.). Bien plus qu'une passion, un style de vie que j'ai le plaisir de vous faire partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :