Audi RS7 Sportback (2013)

Audi RS7 Sportback (2013)

A quoi sert une berline qui abat le 0-100 km/h en 3,9 s et peut atteindre 305 km/h ? Bonne question. L’Audi RS7 Sportback apporte la réponse : à faire progresser l’automobile, dans tous ses domaines.

Essai de l’Audi RS7 Sportback doté du moteur V8 TFSI 4.0 essence de 560 ch.

Un silence de cathédrale au volant

L’option « Affichage tête haute » coûte 1 680 € sur l’Audi RS7 Sportback. Broutille, pour qui vient de débourser 128 000 €. Elle est pourtant indispensable… Les 560 ch du V8 biturbo gomment les 1 975 kg de la RS7 : 3,9 s de 0 à 100 km !

Même en mode Dynamique, autrement dit en configuration normale, les suspensions à contrôle magnétique de son châssis Sport effacent les irrégularités du bitume.

Audi RS7 Sportback

La RS7 Sportback est si douce et silencieuse, si précise et efficace en courbes, si sereine avec sa transmission intégrale, qu’elle déconnecte son conducteur de la réalité. D’où l’utilité de l’affichage tête haute : lui rappeler en permanence à quelle vitesse il roule, avant qu’un radar ne le fasse…

Et compte tenu du rythme auquel une RS7 avale les virages, de sa facilité à raccourcir les distances dans un confort absolu, mieux vaut garder la route sous les yeux.

Beauté fatale

Pureté des lignes, harmonie des formes, long gabarit (5,01 m), profil de coupé 5 portes avec son toit bas (1,41 m) et ses vitres sans encadrement, ceinture de caisse haute, flancs creusés, l’Audi A7 Sportback est depuis fin 2010 le pendant de la Mercedes CLS et de la BMW Série 6 Gran Coupé : une grande routière touchée par la grâce.

Audi RS7 Sportback

Dans sa nouvelle version RS7, l’Audi adopte la philosophie des CLS AMG et M6 Gran Coupé, et se hisse à leur hauteur.

L’Audi RS7 est en effet la réponse du constructeur à la BMW M6 Gran Coupé (560 ch, 4,2 s), aux Mercedes CLS AMG (557 ch, 4,2 s) et AMG S (585 ch, quatre roues motrices, 3,6 s).

Audi RS7 Sportback

La RS7 se distingue de ses rivales par une consommation mieux maîtrisée, vertu de la coupure automatique de la moitié de ses cylindres à allure constante : 9,8 l/100 km pour la RS7, 9,9 l pour la M6 (deux roues motrices), 10,4 l  pour la CLS AMG S. Et surtout, par un moindre prix : 128 000 €. La M6 Grand Coupé exige 138 150 € , la CLS AMG 136 500 €, et 147 500 € en version S.

Une évolution logique

Les GT, catégorie historique de l’automobile, étaient à l’origine des sportives venues à la route. Depuis une trentaine d’années, les constructeurs spécialisés dans le haut-de-gamme adorent faire le chemin inverse : donner à une grande routière les performances d’une super-sportive, sans attenter à ses vertus familiales. L’A7, naturellement racée, se prête si bien à cet exercice que la RS7 a supplanté la berline RS6 dans la gamme Audi.

Audi RS7 Sportback

Contrairement aux deux générations précédentes (2002-2004, 2008-2010), la RS6 n’existe désormais plus qu’en carrosserie break Avant. La berline est devenue superflue : la RS7 est à la fois plus belle, et plus pratique avec son vaste coffre (535 l) à hayon.

Audi RS7 Sportback

Un moteur plus raisonnable, mais pas moins performant

Autre changement intervenu sur la dernière salve des versions RS, le V10 5.0 580 ch emprunté la Lamborghini Gallardo a cédé place à un moteur de moindre cubage. Les 13,9 l/100 km et les 331 g de CO2/km de ce V10 faisaient tâche sur le blason de la précédente RS6.

Le V8 4.0 TFSI 560 ch participe à sa manière à la lutte contre le réchauffement de la planète : 9,8 l/100 km, 229 g/km. Tout en poussant plus fort que le V10, grâce à un couple supérieur : 700 Nm au lieu de 650 Nm.

Son secret ? Un double turbo, et surtout, la coupure automatique de quatre de ses cylindres à vitesse constante. Audi maîtrise à la perfection le principe du « cylinder on demand », appliqué depuis la S8 4.0 TFSI 520 ch en 2011 (et repris par la S6 4.0 TFSI 420 ch) : la transition est imperceptible pour le conducteur.

Une RS7 Sportback pour quoi faire ?

Malgré ce louable effort, vient la question de fond. Elle ne se pose pas en Allemagne, où la vitesse est libre sur la plupart des portions d’autoroute. Mais en France, à quoi sert une RS7 capable de transporter une famille à 280 km/h avec le pack Dynamique (3 000 €), voire 305 km/h avec le pack Dynamique Plus (12 670 €) ?

La réponse est simple : qui peut le plus peut le moins. Le progrès automobile passe par des modèles extrêmes comme la RS7, dont les avancées technologiques bénéficient à terme à l’ensemble d’une gamme.

Audi RS7 Sportback

C’est pour n’avoir jamais dérogé à cette exigence que les constructeurs allemands dominent aujourd’hui l’industrie automobile. Bien sûr, à 128 000 € l’unité, la RS7 ne bouleversera pas le chiffres de vente d’Audi en France. Mais tant qu’existeront des RS7, l’automobile aura de beaux jours devant elle.

Bilan de l’essai Audi RS7 Sportback (2013)

On aime :

  • Les accélérations, foudroyantes
  • Le confort, préservé
  • La ligne, racée mais discrète

On regrette :

  • Moins pratique que le break RS6… pour 7 400 € de plus
  • Pas la même efficacité en mode Confort
  • Des sensations de conduite trop filtrées

Source

Publié par Jérôme

Je suis passionné par toutes les nouvelles technologies et par pas mal d'autres choses, mais en général il faut que ça bouge! Tout ce qui est extrême me fascine (Autos, Motos, Sports, etc.). Bien plus qu'une passion, un style de vie que j'ai le plaisir de vous faire partager.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :